Biologiste inachevée, mais toujours écologiste dans l’âme, Julie Lambert est séduite par l’intelligence de la nature, qui demeure pour elle un modèle inégalé.

La vérité
Est un mensonge
Qui s’effeuille

Au bout de la chair
Le silence
Frissons devenus soupirs devenus sanglots
La file indienne des jours
S’étiole au creux de la main

La vérité
Est un mensonge
Qui s’effeuille

Jouir, jouir et peindre
Le sein rond des hivers emmêlés
Mamelle brillante d’un peuple
Abreuvé de sornettes et de neige

Puis
Attendre la becquée
De l’amère gloire

La vérité
Est un mensonge
Qui s’effeuille

Usée
Mais encore féconde
La caresse
Déblaie sans relâche
Les chemins
Qui mènent a la mémoire

C’est l’enfant
Depuis longtemps mise au monde
Qui entretient
L’ornière

La vérité
Est un mensonge
Qui s’effeuille

L’amour
Est un patrie
Patiemment conquise

 

Texte de Virginie Lambert-Pellerin

Photos du tournage

Photos prises lors de la Projection spéciale aux RVCQ

@