Biologiste inachevée, mais toujours écologiste dans l’âme, Julie Lambert est séduite par l’intelligence de la nature, qui demeure pour elle un modèle inégalé.

Mon projet Un jour, je serai grand-maman est une installation visuelle, murale, lumineuse et permanente.

Cette installation se divise en trois parties et mesure au total 3 pieds de haut par 12 pieds de large. Il s’agit de trois sections de 3 pi X 4 pi et montées dans trois boîtiers lumineux.

La première œuvre consiste à mettre en relation une série de photos d’enfants prises à deux âges différents, symbolisant le temps qui passe.

Ces photos proviennent de mes archives personnelles. Il s’agit de mes petits-neveux et nièces, tous descendants de Gabrielle et Maurice, mes parents, avec leurs 12 enfants, leurs 21 petits-enfants et leurs 39 arrières petits-enfants.

C’est donc une mosaïque de près de 80 photos qui composera la première boîte lumineuse. Ajouter à cela quelques photos de petits animaux, ce qui m’a permis de faire un clin d’œil à quelque une de mes sœurs qui n’ont pas eu d’enfants, donc pas eu de petits-enfants.

La deuxième œuvre sera issue d’une collection de dessins réalisés lors de fêtes familiales par mes petits-neveux et nièces. Les dessins seront reproduits et traités avec une technique de grattage sur plexis glass afin de rappeler une des premières techniques utilisées à la petite école.

Cette technique consistait à recouvrir le carton de crayons de cire très colorés, d’enduire le carton d’encre de chine et de procéder au grattage du dessin pour enfin voir apparaître un motif des plus lumineux. Cette deuxième œuvre sera également montée dans une boîte lumineuse, ce qui rehaussera encore plus l’effet des couleurs fluo.

Enfin, la troisième œuvre, une image, sorte d’hybride entre une photo et un trompe-l’œil modifié par logiciel 3D, sera également installée dans une boîte lumineuse. Cette image recomposée offrira un espace de mise en scène, permettant aux résidents et leur famille de se prendre en photos devant.

Voilà une belle façon de participer à l’œuvre, de la transformer en interagissant avec le trompe-l’œil et donc de faire partie de l’œuvre. Un décor ludique pour prendre des égo-portraits, intéresser les jeunes visiteurs et augmenter l’interaction entre les générations.

Le projet comportera également une activité de création et de médiation avec les résidents, ceux-ci pourront réaliser une œuvre inspirée de la technique du grattage et inviter des membres de leur famille, enfants ou petits-enfants à participer à ce projet de création. Les œuvres réalisées dans le cadre de cette activité seront exposés aux abords de l’œuvre permanente.

@