Biologiste inachevée, mais toujours écologiste dans l’âme, Julie Lambert est séduite par l’intelligence de la nature, qui demeure pour elle un modèle inégalé.

« Le Survenant », un drame sur fond d’enracinement, de survivance, de survenance.
Une parole forte, passionnée, authentique.
« Le Survenant : espoir et menace », un regard sur une histoire de familles, une histoire d’amour, une histoire de couples.
Trois couples : trois hommes et quatre femmes.
Didace Beauchemin, le père; Mathilde, sa défunte; l’Acayenne, sa seconde femme.
Didace-Amable Beauchemin, le fils, 6e du nom; Phonsine, sa femme, une pauvre orpheline.
Le Survenant des Beauchemin, oiseau de passage; Angélina Desmarais, la vieille fille boiteuse transformée en amoureuse.
Le monde des hommes : la terre, la chasse, la ferme, les grands chemins.
Le monde des femmes : la maisonnée, la transmission des savoirs, les veillées entre voisins, l’attente à la fenêtre.
Une inquiétude : la lignée des Beauchemin en péril, Amable le maillon faible.
Un visiteur inattendu: le fils idéal, l’héritier rêvé, le Survenant; une menace pour Amable, un espoir pour le père Didace et Angélina.
Le grand dieu des routes : l’éternel duel entre Amour et Liberté.

@